Les genres : masculin et féminin

Les genres : masculin et féminin ; vraiment ?

Comme le note le Bon usage (13e éd., p. 754 – cf. la bibliographie) « il faut en tout cas rappeler que le genre grammatical masculin n’est pas uniquement l’expression du sexe masculin, mais qu’il sert aussi de genre commun, de genre neutre, de genre asexué. » C’est ainsi qu’en prétendant que la langue n’est pas neutre, une certaine idéologie féministe l’accuse à tort de « sexisme », par ignorance de cette valeur du masculin. Or la source du problème est précisément la disparition du neutre en français : s’il y a tant de noms masculins dans notre idiome, ce n’est pas que la langue soit “sexiste”– affirmation gratuite, sinon tendancieuse – mais simplement parce que, ayant perdu ce 3e genre, le français a redistribué, au cours de son histoire, les neuf dixièmes des noms latins neutres qu’il a gardés dans la catégorie du masculin, ce genre étant, morphologiquement parlant, plus proche du neutre que du féminin latin. C’est ce qu’a bien vu l’ethnologue et académicien Claude Lévi-Strauss : « en français, le neutre est masculin » ! D’où le masculin apparent des noms de fonctions épicènes, surtout des professions non manuelles, où c’est la tête, donc le cerveau qui fait le travail – le chef comme on disait jadis, sens qui a survécu dans couvre-chef. Ce terme, indûment féminisé en °la chef[fe] illustre jusqu’à la caricature ces aberrations linguistiques. Il vient du latin caput, neutre, par le bas-latin *capum, qui signifie tête et, par métaphore, la partie supérieure, ce qui vient en premier lieu, ce qui commande. Or, puisqu’il y a métaphore, seul le genre est à considérer. Que ce soit un homme ou une femme qui prend le commandement d’un groupe, il / elle en devient la tête, le chef.

Comme le souligne l’Académie française, « le français connaît deux genres traditionnellement dénommés masculin et féminin. Ces vocables sont impropres. Le seul moyen de définir les genres du français consiste à les distinguer en genres marqué et non marqué. Le genre dit couramment masculin est le genre non marqué, qui représente à lui seul les éléments relevant de l’un et l’autre genre. Quand on dit tous les hommes sont mortels, cette ville compte 20000 habitants, tous les candidats ont été reçus à l’examen, le genre non marqué désigne indifféremment des hommes ou des femmes. En revanche, le genre dit couramment féminin est le genre marqué. Or la marque affecte le terme marqué d’une limitation. A la différence du genre non marqué, le genre marqué, appliqué aux êtres animés, institue entre les sexes une ségrégation. » C’est-à-dire exactement ce contre quoi l’on prétend lutter !!! A bon entendeur… (°entendeuse ?)

§ 3 Responses to Les genres : masculin et féminin"

  • […] un court article sur le genre dans la langue française […]

  • […] – Jean-Jacques RICHARD Ce que propose ce site Grammaticalité et grammaire française Les genres : masculin et féminin ; vraiment ? Epicène, qu’est-ce à dire […]

  • jean-jacques dit :

    Bonsoir.
    Je vous prie d’excuser le grand retard avec lequel je vous réponds, mais ces derniers mois je n’ai guère eu le temps de m’occuper de mon site de grammaire française. En outre votre question m’étonne dans la mesure où le terme d’épicène est clairement expliqué dans la rubrique des genres. UN terme épicène, du grec epikoïnos, qui veut dire commun, s’applique à des mots qui, sans changer de forme, sont aussi bien du masculin que du féminin. Ainsi enfant, journaliste, ministre, après-midi, juge, et nombre d’autres sont des termes épicènes. N’importe quel dictionnaire donne une définition de ce terme, assortie de quelques exemples.
    Espérant avoir répondu à votre question, je vous adresse mes salutations les meilleures.
    Grammaticus