Égalité

La Faculté des Lettre n’est pas épargnée par les phénomènes de « plafond de verre » ou de « tuyau percé », qui se traduisent par une très nette diminution de la proportion de femmes aux échelons supérieurs des postes académiques.

Ces phénomènes s’expliquent par différentes causes : manque d’encouragement et d’encadrement des jeunes chercheuses ; absence de réseau scientifique et social ; problèmes liés à l’incompatibilité entre les responsabilités familiales et certaines exigences du monde universitaire, qui touchent plus durement les femmes ; manque de modèles féminins et persistance des préjugés sexistes, selon lesquels le métier de chercheur serait par essence un « métier d’homme. »

Les membres du corps intermédiaire se situent à un moment charnière de leur carrière ; les chiffres montrent en effet que les femmes quittent souvent le monde académique après le stade AS ou MA.

Face à ce constat, le comité de l’ACIL a créé un groupe Égalité des chances.

Notre but est de mieux sensibiliser les membres du corps intermédiaire à cette question et de diffuser des informations sur les mesures mises en place par le Rectorat et la Faculté.

Nous dialoguons avec le Bureau de l’égalité de l’Université et la Commission de l’égalité de la Faculté. Nous espérons également pouvoir toucher le corps professoral, qui a un rôle clé à jouer dans la promotion des carrières féminines.

Il va de soi que toutes les informations qui peuvent servir aux membres du corps intermédiaire seront mises à disposition de toute personne intéressée, homme ou femme, dans un esprit de collaboration et de solidarité mutuelle.

Personne responsable : 

top